+

Gilles Clément

Ingénieur horticole de formation et enseignant à l'École nationale supérieure du paysage de Versailles, Gilles Clément est l'auteur de plusieurs concepts qui ont marqué les acteurs du paysage de la fin du XXe siècle ou le début de ce XXIe siècle, dont notamment :

  • le « jardin planétaire »
  • le « tiers-paysage »
  • le « jardin en mouvement ».

Ces concepts découlent de l'observation qu'un paysage naturel n’est jamais figé.

Au lieu de cantonner les plantes dans un lieu précis afin d'organiser une création, le jardinier peut, selon Gilles Clément, faire plus confiance à la nature et accepter de lui laisser le "champ libre" ; les plantes pour partie suite au hasard des chutes de graines et pour partie selon les préférences pédologiques et phytosociologiques pourront ainsi trouver les lieux qui leur conviennent le mieux.

Le jardin de G. Clément présente un aspect qui au même endroit changera imprévisiblement demain, à la prochaine floraison et saison.

Gilles Clément est aussi favorable au métissage des espèces, qu'il appelle plutôt «brassage », et qui s'est tissé au fil des âges. D'où cette idée de jardins et de forêts planétaires qu'il cultive en protecteur, considérant avec une même bienveillance les « herbes folles » qui tentent de pousser sur les pavés des villes et les essences les plus rares plantées dans les jardins de prestige.

Il intègre la globalisation du monde actuel par la « planétarisation » de la terre comme jardin, c'est-à-dire comme lieu de vie : « Je voudrais montrer la diversité extrême de ce qui existe sur la planète ».