+

Hermine

L’hermine ou Mustela erminea a un pelage brun foncé et blanc sur le ventre en été, entièrement blanc en hiver ; mais le bout de sa queue reste toujours noir.

Elle mesure 22 à 32cm, sa queue 8 à 12cm et pèse 125 à 440g, la femelle étant légèrement plus petite et plus légère.

Ses refuges sont les tas de pierres, les éboulis et les buissons dans les forêts, campagnes, et marais.

Elle se nourrit de petits rongeurs (campagnol surtout), oiseaux, grenouilles, et insectes.

Elle chasse la nuit, rarement le jour.

Sa souplesse lui permet de se faufiler dans les trous et galeries souterraines et en hiver, elle creuse facilement dans la neige. Elle est également bonne nageuse.

La période des amours est au printemps, avant la mue. La femelle met bas en avril, entre 4 et 12 petits.

L’hermine ne craint pas l’homme qui représente même pour elle une source de nourriture ; il est facile de l’observer, particulièrement au début de l’été.

L’hermine peut être chassée mais la loi de juillet 1976 interdit sa mutilation, sa naturalisation, son transport et sa commercialisation car elle reste vulnérable.

« Il y a fort longtemps, un chasseur poursuivait une hermine qui, dans sa course, n’eu pas d’autre choix que de passer dans une marre de boue pour échapper à l’homme. Elle préféra se faire tuer plutôt que de souiller son blanc pelage … »

Aujourd’hui l’hermine héraldique est un signe de l’universel breton, représentée  en sculpture, stylisée sur le drapeau ou représentée sur le collier de l’Ordre de l’Hermine avec la devise « A ma vie ».